l’Hypnose Intérroge

amazing-736884_1280

L’hypnose thérapeutique interroge pourtant c’est une technique très ancienne qui revient dans la lumière après avoir souffert  des années d’incrédulité et de mépris. Bien que ses mécanismes restent énigmatiques son efficacité n’est dorénavant plus mise en doute.

Sommes-nous à l’aube d’une redécouverte de  l’hypnose ? A sa renaissance ? En effet, ces dernières années, cette thérapie brève ancienne est en plein essor (des hiéroglyphes gravés sur les murs des temples égyptiens semblent  attestés de sa pratique à l’époque des pharaons), nous assistons à une multitude de parution de livres, de conférences, d’émissions télévision sur le sujet, même la médecine « officielle » s’en empare de cette pratique après l’avoir ignorée et méprisée .  De douteuse,  sa réputation est devenue très recommandable.  Je vous propose de passer en revue quelques interrogations légitimes qu’impose sa pratique tant les mécanismes de notre cerveau auquel l’hypnose fait appel  sont  des plus étranges.

L’hypnose comment ça marche ?

Tout d’abord personne n’a pu se mettre d’accord tant le phénomène hypnotique est  complexe , il y a plusieurs théories et définitions mais aucune n’a emporté une adhésion unanime. La plupart des praticiens  admettent qu’il n’y a plusieurs hypnoses et  la seule certitude  est que ce n’est pas un état de sommeil.

A la différence de notre état  normal celui  dans lequel nous  raisonnons et qui nous permet de réaliser les tâches quotidiennes, l’état hypnotique qui est caractérisé de transe hypnotique, est également et communément appelé  » état  modifié de conscience » (E.M.C), il ressemble à l’état de sommeil  mais il n’en n’est pas un, c’est un état de relaxation profonde, de rêverie, de méditation.

L’E.M.C se  caractérise par  une situation de monotonie de vide, où les sensations sont presques absentes, le cerveau privé  d’informations se met alors à en créer lui-même par l’intermédiaire de l’inconscient. On peut dire qu’e l’on rêve en état de conscience.

Par ailleurs, à l’inverse de l’état de conscience normal, où l’attention passe rapidement d’une pensée ou d’une focalisation à l’autre, l’Etat Modifié de Conscience ou en état d’hypnose, permet de rester concentrer sur un seul sujet ou intérêt. C’est  cette situation qui permet de progressivement oublier la réalité extérieure, pour entrer dans la réalité intérieure  qui sera vécue comme une réalité extérieure.
Seule  la voix de l’hypnotiseur  reste audible, elle produit ainsi  un stimulation  adaptée pour renforcer le pouvoir de la suggestion. C’est ainsi que se produisent les changements psychologiques ou physiologiques inhabituels comme les addictions, les phobies, les douleurs, etc …… sans que l’on ne sache à ce jour comment cela se produit, mais l’essentiel est que cela fonctionne.

Des preuves  scientifiques ?

Oui, une multitudes d’études ont démontrées la réalité de ses effets, il est bien établi que les suggestions hypnotiques produisent des réactions neurologiques.

Suis -je  hypnotisable ?

Si on se fie aux études  menées par une célèbre université, 95 %  des personnes sont hypnotisable, à des degrés différents et 10 % entre rapidement en état d’hypnose ce sont ces personnes qui sont en général selectionner pour l’hypnose de spectacle. 5 %  sont réfractaires à la transe hypnotique sans que l’on sache pourquoi.

Thérapeutiquement que peut-on attendre de l’hypnose ?

L’hypnothérapeute, selon les cas pourra résoudre des problématique diverses, ou renforcer l’action du médecin.

avant d’aborder ses nombreux domaines de prédilections, voyons tout d’abord ceux  où cela ne marche pas :

les cas de schizophrénies, de dépressions profondes, et les troubles de la personnalité graves. Les cas d’addictions aux drogues dures. Les affections chroniques graves.

Les domaines où son efficacité  est notoirement reconnue sont : l’addiction au tabac, le contrôle du poids, la boulimie, l’atténuation de la douleur, les affections psychosomatiques comme les maladies de peau,  les phobies, le stress, le trac, la mémoire, l’anxiété, les troubles digestifs.

Les  techniques d’hypnose ?

Principalement aux nombre de Trois :

Celle que tous le monde connait, celle qui est employé lors des spectacles de cabarets, dite TRADITIONNELLE , la technique qu’emploi l’hypnotiseur, qui n’a pas de but thérapeutique, il emploi des suggestions directes, il dirige, il ordonne aux sujets très passifs.

L’hypnose dite HUMANISTE, a un but thérapeutique, elle est basée sur une relation d’changes et de communication entre le thérapeute et la personne.

L’hypnose ERICKSONIENNE  a un but thérapeutique, le thérapeute plonge la personne en Etat Modifiée de Conscience, pour résoudre les problèmes, il utilise l’art des métaphores pour proposer à l’inconscient des solutions.

 

Comment se déroule une séance d’hypnose ?

« Dormez, je le veux ! » Cette formule légendaire est désormais réservée au music-hall… Pratiquée par un psychothérapeute, l’hypnose est déclenchée de manière progressive. Une séance dure 45 minutes. Allongé sur un divan, le patient ferme les yeux ou fixe un point précis dans la pièce. Assis sur une chaise à côté de lui, le thérapeute l’invite à se détendre. C’est la phase de « préinduction ». Certains professionnels utilisent un équipement sonore qui diffuse une musique apaisante, et parlent dans un micro d’une voix douce et monocorde. Ils proposent au patient de se concentrer sur certaines zones du corps : c’est la phase d’« induction », qui lui permet de fixer son attention sur lui-même. Une somnolence peut s’installer.Le thérapeute vérifie l’état de la personne en lui demandant de lever une main ou de croiser les doigts. Si elle répond à la demande, c’est qu’elle se trouve bien en état d’hypnose. Ensuite, le thérapeute répète des suggestions, directes (« Votre douleur au bras disparaît ») ou indirectes (« Vous êtes dans un endroit agréable »).
A la fin de la séance, le patient se réveille en douceur au terme d’un compte à rebours, pour retrouver le contrôle de ses muscles et revenir à la réalité sans sensation de malaise. Puis, patient et praticien commentent la séance.Exemple : un homme vivant mal l’approche de la retraite a retrouvé sous hypnose le souvenir d’autres changements (entrée à l’école primaire ou secondaire, à l’université, mariage, enfants, etc.). Avec le thérapeute, il va analyser ses résistances, mais aussi les bénéfices de ces changements pour construire un « scénario idéal » qui lui permettra d’effectuer une transformation intérieure positive.

 Le thérapeute influence-t-il inconsciemment le patient ?

Cette question est au centre de débats passionnés. Depuis quelques années, devant l’augmentation faramineuse de cas d’incestes découverts sous hypnose aux Etats-Unis, les spécialistes commencent à parler de «syndrome des faux souvenirs», mettant en cause le rôle de l’hypnothérapeute. Qu’en est-il ? En état hypnotique, on peut se souvenir d’authentiques événements oubliés, voire «refoulés». On peut aussi, en hypnose profonde, voir apparaître des fantasmes comme s’il s’agissait d’événements réels : leur véracité est telle qu’on ne peut les distinguer de vrais souvenirs, car notre cerveau a la possibilité de modifier ou de reconstruire un événement.Il n’y a donc, à ce jour, aucune réponse définitive ni sur la réalité des souvenirs d’abus sexuels, de «vies antérieures», ou d’enlèvements extraterrestres découverts sous hypnose profonde, ni sur l’influence de l’hypnotiseur par un phénomène de transmission d’inconscient à inconscient, voire télépathique…

Peut-il se produire des accidents ?

Non. On se « réveille » toujours, quoi qu’il arrive. D’abord parce qu’on ne dort pas ! Ensuite parce que, si aucune suggestion ne l’entretient, le fonctionnement hypnotique se dissipe de lui-même. Quant à la prétendue influence négative de certains hypnotiseurs, entretenue par le cinéma, elle relève de la légende : aucun hypnotiseur ne peut vous forcer à faire quelque chose qui va à l’encontre de vos valeurs morales. L’hypnose n’est pas un lavage de cerveau ! On ne révèle pas ses secrets les plus intimes si on ne le désire pas… Toutefois, pour éviter les charlatans, adressez-vous à l’une des associations reconnues officiellement pour choisir votre hypnothérapeute.

 Peut-on s’hypnotiser soi-même ?

Oui. En fait, les professionnels affirment aujourd’hui que toute hypnose est une auto-hypnose, le véritable pouvoir de transformation ou de guérison se trouvant dans l’esprit de la personne hypnotisée, et non dans celui de l’hypnotiseur. Il est donc tout à fait possible de s’auto-hypnotiser, mais ce n’est pas un exercice facile. Des guides pratiques et des cassettes audio pourront vous y aider. Dans un premier temps, le plus important est de mettre au point un «rituel» qui va amorcer le processus d’induction (séance tous les jours à la même heure, au même endroit, avec le même type de vêtements, etc.) ; ensuite, d’apprendre à se relaxer. Vous pouvez aussi enregistrer vos propres messages.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *